Quelles activités physiques pour les malades de Parkinson ?

L’Activité Physique Adaptée désigne l’ensemble des exercices physiques qui peuvent limiter l’impact des principaux symptômes de la maladie.

Vital senior couple in the gym

Il existe deux approches pour pallier aux symptômes de la maladie Parkinson qui sont : les moyens médicamenteux et l’accompagnement non médicamenteux dont fait partie l’Activité Physique Adaptée (APA).

La pratique quotidienne d’une activité physique régulière est recommandée pour limiter les répercussions biopsychosociales liées à la maladie. Pour que les bénéfices soient optimisés, l’activité physique doit être adaptée (APA) aux besoins et aux capacités de la personne.

  • Les activités de types aérobies contribuent à améliorer les capacités cardiovasculaires, ainsi que la lenteur et la rigidité dans le mouvement, qui sont deux des principaux symptômes de la maladie de Parkinson.  La marche, la danse, la course à pied, le cyclisme ou la natation sont des exemples de pratique d’endurance.
  • Les activités de renforcement musculaire améliorent la force, la vitesse de marche et la posture, qui sont altérés chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.
  • Les activités de souplesse et d’étirements permettent quand à elle une amélioration de la mobilité, de l’amplitude des mouvements et réduisent la rigidité.

Lire l’article en entier : www.sciencesetavenir.fr

Ce contenu a été publié dans Bienfaits des activités physiques adaptées, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.